Derniers commentaires

temoignage sevrage seroquel temesta

29/03/2016 @ 23:12:20
par fuckem


témoignage sevrage Haldol, please

04/02/2016 @ 13:31:49
par Anne


Il y a-il des expériences avec ...

04/02/2016 @ 13:29:34
par Anne


BONJOUR , traité à l'alprazolam 3x/j ...

07/03/2015 @ 16:09:46
par Nico


voici mon histoire.Jais24 mois que j’ai ...

26/12/2012 @ 14:06:25
par mehri


Calendrier

Octobre 2017
LunMarMerJeuVenSamDim
 << < > >>
      1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteurs: 2

rss Syndication

Liens

 
29 Aoû 2013 - 14:19:19

syndrôme prolongé de sevrage aux benzodiazépines

Je vous invite en cas de syndrôme de sevrage à porter plainte contre votre médecin, (voir votre pharmacien, les médecins de la sécurité social qui cautionnent cela) et le laboratoire fabriquant ces poisons (uniquement avec l'aide d'un médecin expert en pharmaco-biologie (laboratoire de biologie) qui reconnait les méfaits gravissimes de ces drrogues). Eux savaient :"ce que les usagers ne savent pas c'est que l'abus de médicaments sur ordonnance peut être plus dangereux que l’abus de drogues fabriquées illicitement." M. Emafo Président de l’OICS.


Définitions :

Syndrome de sevrage : PAWS / syndrome de sevrage post aigu : ce syndrome peut concerner jusqu'a 75,/80% des victimes des benzodiazépines.

Syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines :  PBW / PROTRACTED BENZODIAZEPINE WITHDRAWAL : ce syndrome ne concerne qu'environ 15% des victimes (Ashton). Sa durée varie de 2/3 ans à 10 ans environ.
Ces syndromes n'ont aucune origine psychologique, c'est juste de la torture chimique.

statistique disponible ici : http://www.benzosupport.org/polls.htm

PROTRACTED BENZODIAZEPINE WITHDRAWAL


Pr Ashton en français

syndrome prolongé de sevrage (wikipédia anglais)
Syndrome post-aigu-retrait, ou le syndrome de sevrage aprèsle termes, intervention prolongée de syndrome de sevrage, prolonge les syndromes de sevrage décrivent un ensemble de déficiences persistantes qui se produisent après sevrage de l'alcool, les opiacés, les benzodiazépines, les antidépresseurs et les autres substances. [1] [2] [3] [4] Les nourrissons nés de mères ayant utilisé des substances de dépendance au cours de la grossesse peuvent aussi éprouver un syndrome de sevrage aigu de post. [5] [6]

Syndrome prolongé de sevrage (wikipédia en français)
Le syndrome prolongé de sevrage, syndrome de sevrage post-aigu, ou syndrome post-sevrage (PAWS : Post Acute Withdrawal Syndrome) apparaît durant la phase post-sevrage (après le sevrage) de substances telles que les psychotropes (antidépresseur, benzodiazépine), et l'alcool1,2,3,4. Un bébé né d'une mère sujette à des substances dépendantes durant la grossesse peuvent également faire l'expérience du syndrome prolongé de sevrage5,6. L'arrêt de la prise quotidienne d'une substance s'effectuant en deux temps : la période de sevrage, la période de post-sevrage7

Pétiton et témoignages. Appel aux fabricants de benzodiazépines, aux médecins prescripteurs, à la FDA, à l'OMS et à l'Afssaps
 
"Certains de ces groupes de victimes des tranquillisants peuvent documenter sur des personnes qui ont encore des symptômes de sevrage dix ans après l'arrêt. " – Professeur Malcolm H Lader , Royal Maudesley Hospital, BBC Radio 4, Face The Facts , March 16,
 
Chez 10 à 15% des patients, les manifestations de sevrage ne disparaissent qu’après plusieurs mois, voire plusieurs années. On n’en connaît pas clairement la raison. Les principaux symptômes de sevrage de longue durée sont l’angoisse, l’insomnie, la dépression.
 
Il est devenu évident que les symptômes de sevrage des benzodiazépines peuvent être longs, qu'il durent des mois ou des années, dans quelque 15% des utilisateurs à long terme.Dans certains cas l'utilisation chronique de benzodiazépines prescrites a entrainé une invalidité à long terme. 
 
J'ai vu des patients qui ont estimé qu'ils n'avaient pas retrouvé leur état précédent la prise de drogue benzodiazépines avant de nombreux mois ou années plus tard.
 
Pour certains utilisateurs chroniques de benzodiazépine, le sevrage peut être trés long. Une importante minorité, peut-être 10% à 15% développent un syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines.
 
Une minorité de personnes sevrée des benzodiazépines semblent souffrir d'effets à long terme, appelés symptômes prolongés qui ne disparaissent pas au bout de quelques mois, voire même quelques années. On estime que peut-être entre 10 et 15 pour cent
 
syndrome de sevrage prolongée peut se développer suite à l'utilisation chronique d'alcool, les sédatifs hypnotiques, les benzodiazépines, les opiacés, les psychostimulants, et la nicotine, a déclaré le Dr Cohn
 
Les benzodiazépines sont les médicaments les plus notables pour induire un syndrome de sevrage prolongé avec des symptômes parfois persistantes pendant des années après la cessation de l'utilisation
 
Le sevrage aux benzodiazépines peut durer des mois, voire des années.
 
Il a été conclu que PWS (post withdrawal symdrome) est susceptible d'être un véritable état iatrogène, une complication à long terme du traitement aux benzodiazépines.
 
BENZOPROTRACTED est en anglais, est réservé aux syndrôme prolongé de sevrage de plus de 3 ans. Il compte : 539 survivants

syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines
le blog d'une victime

Lader M.
L'anxiété ou la dépression pendant le sevrage des traitements hypnotiques.
Journal of Psychosomatic Research 1994; 38 (suppl 1): 113-123.
"Pour quelques malheureux individus, les symptômes de sevrage soit de retour ou plus communément persistent. L'existence de ce soi-disant "syndrome de sevrage persistant" est non établie mais de nombreux praticiens expérimentés sont convaincus de sa réalité.Le syndrome est dominée par l'anxiété, soit généralisée ou phobique ou parfois les deux, phobique trouble du comportement, et les attaques de panique. Beaucoup de parties impliquées dans la grande cour du Royaume-Uni cas ont souffert d'un handicap prolongé de ce type. "[P. 116S]

Les symptômes de sevrage prolongés sont causés par la libération lente, dans les vagues, de tranquillisants de cellules graisseuses dans le sang
Fièvre glandulaire d'origine médicamenteuse (pseudomononucleosis) est un effet secondaire notoire du psychotropes (Gin Med, 1981; 77: 250-2; Arc Gen Psychiatr 1966; 15:529-34) et juste l'une des nombreuses maladies possibles causant les patients de malades chroniques, à la fois pendant la dépendance et de sevrage.

Les symptômes physiques de l'intervention prolongée de Benzo Retrait en détail
Les symptômes physiques de sevrage Klonopin sont juste la misère. Ils font en sorte qu'il est impossible de se détendre ou être à l'aise.

Le flumazenil n'est pas recommandé pour le traitement de la dépendance liée aux benzodiazépines ou pour le traitement du syndrome prolongé de sevrage aux benzodiazépines.

Les symptômes de sevrage prolongés sont causées par la libération lente, par vagues, de tranquillisants à partir des cellules graisseuses dans la circulation sanguine.

Le psychiatre Dr. Ronald Gershman écrit: «J'ai traité dix mille patients pour l'alcool et la drogue et ait désintoxiqué environ 1 500 patients pour les benzodiazépines - la désintoxication pour les enzodiazépines est l'une des désintoxications les plus dures que nous faisons. Il peut prendre un temps extrêmement long, environ la moitié de la durée de leur dépendance - les retraits incessants qui se poursuivent peuvent le rendre invalide, peut causer une destruction totale de la vie - les mariages se brisent, les entreprises sont perdues, la faillite,L'hospitalisation et, bien sûr, le suicide est probablement l'effet secondaire le plus grave. 3

Lien permanent vers l'article complet

http://syndromeprolonge.sosblog.fr/victimes-b1/syndrome-prolonge-de-sevrage-aux-benzodiazepines-b1-p32.htm

Commentaires

Cet article n'a pas de Commentaire pour le moment...


Laisser un commentaire

Statut des nouveaux commentaires: Publié





Votre URL sera affichée.


Veuillez entrer le code contenu dans les images


Texte du commentaire

Options
   (Sauver le nom, l'email et l'url dans des cookies.)